full screen background image
Search
Monday 25 September 2017
  • :
  • :
dernière mise à jour

L’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou au cœur d’un atelier à Grand-Bassam

L’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou au cœur d’un atelier à Grand-Bassam

11 janvier 2017 (lepaysan.ci) Le Conseil du Coton et de l’Anacarde organise depuis ce mercredi, un atelier sur l’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou en Côte d’Ivoire. Cette rencontre qui se tient du 11 au 13 janvier 2017 dans un réceptif hôtelier de la ville de Grand-Bassam réunit les administrations déconcentrées, les acteurs, les structures techniques, les partenaires techniques et financiers et le ministère de l’Agriculture et du Développement Rural.

Représentant le Maire de Grand-Bassam, le 2ème adjoint a exprimé toute la joie du conseil municipal d’accueillir cet atelier qui contribue au développement de la filière anacarde en particulier et l’agriculture ivoirienne en général, pilier de notre économie.

Le président de la plateforme qualité, M.Kouakou,  a quant à lui remercié tout d’abord le Maire de la première capitale ivoirienne (Grand-Bassam) d’avoir accepté d’accueillir cette réunion de réflexion. Il a également remercié le Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde Dr Adama COULIBALY pour cette belle initiative, car selon lui la qualité est un facteur important de développement des zones Nord-est et Centre et participe à l’équilibre de toute la chaine. Après quatre mois de travaux, M. Kouakou se dit heureux aujourd’hui de partager le fruit de leur réflexion et souhaite surtout que leurs propositions soient prises en compte pour une amélioration de la qualité de noix de cajou made in Côte d’Ivoire.

« L’amélioration et la préservation de la qualité doivent donc désormais guider tous les acteurs dans la conduite des opérations à chacune des étapes de la chaine de valeur et aucun effort ne doit être ménagé car le défi de l’amélioration des noix ivoiriennes est d’autant plus important que l’équilibre et la profitabilité durable de la filière en dépendent car certes, la qualité a un coût mais elle a surtout un prix sur le marché international. » a souligné Dr Adama COULIBALY, Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde qui a dit fonder beaucoup d’espoir sur la qualité des travaux de cet atelier dont les résultats doivent être immédiatement opérationnalisables.

Notons que c’est le représentant du Directeur de Cabinet du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) qui a procédé à l’ouverture officielle des travaux.

Source: D.S (lepaysan.ci)

commentaires

  • 9
  • 10
  • 9
  • 8
  • 10
  • 9.2

    Score