full screen background image
Search
Friday 24 November 2017
  • :
  • :
dernière mise à jour

Préservation et l’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou garantie de prix meilleurs

Préservation et l’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou  garantie de prix meilleurs
Séguéla, 25 mai (AIP) – La préservation et l’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou sont la garantie de prix meilleurs que ceux qui ont actuellement cours, ont fait savoir des membres d’une délégation du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) présents mercredi, à Séguéla (Nord-ouest, région du Worodougou) dans le cadre d’une campagne de sensibilisation des acteurs de la filière anacarde, à la préfecture de région.
« Si nous mettons toutes les mesures de qualité en œuvre et que l’origine Côte d’Ivoire est mieux valorisée, nous aurons encore des prix meilleurs’’, a déclaré la directrice technique anacarde du CCA, Mme Ouattara Mariam, aux producteurs et acheteurs venus, outre de Séguéla, Kani, Vavoua, Daloa et Issia, non sans révéler que le pays perd ‘’150 à 200 dollars par tonne’’ à cause de la qualité qui est moindre.
Pour le représentant des producteurs au sein de la ‘’Plateforme de réflexion’’ mise en place depuis septembre 2016 et qui regroupe tous les acteurs de la filière, Dago Djédjé Crépin, ‘’c’est tout le monde qui gagne quand il y a la qualité et ce sont les producteurs les premiers perdants’’ quand ce n’est pas le cas.
Selon le représentant des acheteurs, Soumahoro Abdoulaye, certains de ses collègues n’ont pas été subventionnés cette année parce qu’ils auraient livré des produits de pas très bonne qualité au cours des précédentes campagnes. « Il faut donc que le produit soit bien séché et bien trié », a-t-il recommandé.
« Si nous faisons de la quantité sans la qualité, nous ne bénéficierons pas totalement du fruit de notre labeur. C’est bien d’être le premier pays producteur, mais ce serait mieux de faire de la qualité pour profiter de prix plus élevés », a, pour sa part, conseillé le préfet Benjamin Effoli, avant la clôture de la séance de sensibilisation.
Cet atelier rentre dans le cadre des activités de la ‘’Plateforme de réflexion’’ qui a, entre autres objectifs, de communiquer avec l’ensemble des parties prenantes sur l’enjeu de la bonne qualité, pour un développemen durable de la filière ivoirienne de cajou, relève-t-on.
Après Séguéla, la délégation du CCA se rendra à Bouaké, quand une autre sera à Korhogo et à Odienné, les quatre grandes localités du bassin anacardier ivoirien, pour échanger également sur la profitabilité de la filière en optant pour des produits de qualité.
La délégation régionale du CCA à Séguéla couvre les régions administratives du Worodougou et du Haut-Sassandra, note-t-on.
(AIP)
kkp/fmo

commentaires

  • 9
  • 10
  • 8
  • 10
  • 10
  • 9.4

    Score