full screen background image
Search
Friday 24 November 2017
  • :
  • :
dernière mise à jour

PROMOTION DU CAJOU AFRICAIN AU SARA 2015 PAR LE CONSEIL DU COTON ET DE L’ANACARDE ET L’ICA

PROMOTION DU CAJOU AFRICAIN AU SARA 2015 PAR LE CONSEIL DU COTON ET DE L’ANACARDE ET L’ICA

Du 3 au 12 Avril 2015, s’est tenu en Côte d’Ivoire, le Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA 2015). L’Initiative du Cajou Africain (iCA) a participé activement à cet événement pour montrer le potentiel économique de la noix de cajou en Côte d’Ivoire et dans les régions de l’Afrique de l’Ouest.
La Côte d’Ivoire est un modèle pour les pays voisins vu la croissance de sa production de cajou. A partir de la réforme de la filière anacarde en 2013, le gouvernement ivoirien à travers le Conseil du coton et de l’anacarde, a mis en place, avec succès, des stratégies en vue de promouvoir activement le développement et l’investissement du secteur de la noix de cajou.
Grâce à des événements tels que le SARA 2015 et le Salon International des Equipements et des Technologies de Transformation de l’Anacarde (SIETTA 2014) le gouvernement ivoirien facilite le transfert de connaissances et de technologies non seulement national mais aussi au niveau régional et international. En créant des réseaux régionaux d’expertise technique et de coopération politique, les noix de cajou d’Afrique ont de réelle possibilité de devenir plus compétitives sur le marché international.
iCA pense que l’une des façons de devenir plus compétitif, passe par la hausse des rendements des noix de cajou, une meilleure qualité des noix brutes, des investissements intelligents dans l’industrie de transformation de noix de cajou ainsi que des liens durables entre les agriculteurs et les transformateurs de noix de cajou locales. Dans la première phase de son projet, l’iCA a soutenu huit transformateurs de cajou dans la création de leurs entreprises en Côte d’Ivoire. Actuellement, l’iCA et ses partenaires continuent d’apporter leur soutien aux transformateurs locaux et aux potentiels futurs transformateurs par le biais de l’assistance technique, les services de développement des affaires et de la recherche sur les possibilités de financement et d’investissement.
Le Secteur du Cajou Ivoirien en bref
La Côte d’Ivoire est le premier producteur de noix de cajou en Afrique et le deuxième plus grand producteur de noix de cajou dans le monde entier. L’Afrique représente près de 50% de la production mondiale de noix de cajou, dont 26% est actuellement produite par la Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, 600 000 agriculteurs en Côte d’Ivoire cultivent du cajou. Cependant, seulement 40 000 tonnes sur les 560 000 tonnes de noix de cajou brutes produites sont transformées localement. L’augmentation des taux de transformation qui est actuellement de 7% à 35% ajoutera non seulement de la valeur économique pour la Côte d’Ivoire, mais créera aussi des emplois pour la population rurale. Une étude menée par le Conseil du Coton et de l’Anacarde a révélé que 100 000 tonnes de capacité de transformation supplémentaire crée 12 300 emplois en usine, principalement pour les femmes, et 10 000 emplois supplémentaires sur le plan de la production et de la commercialisation.
L’Initiative du Cajou Africain
L’initiative du cajou africain est un projet de partenariat multipartite financé par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et de développement ainsi que par la Fondation de Bill & Melinda Gates. En étroite collaboration avec des entreprises privées et des institutions publiques du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Mozambique, iCA fonctionne tout le long de la chaîne de valeur du cajou. GIZ – Deutsche Gesellschaft fuer Internationale Zusammenarbeit GmbH — est l’exécutant du projet en partenariat avec FairMatch Support et TechnoServe pour assurer une croissance durable de la production du cajou et sa transformation en Afrique. Les partenaires importants de la coopération en Côte d’Ivoire sont: le Conseil du Coton et de l’Anacarde, les projets de la GIZ tels que ProFIAB, le centre national de formation INADES, le fournisseur des services de vulgarisation ANADER, ainsi que le centre de recherche agricole CNRA et FIRCA , les transformateurs nationaux et internationaux tels que Olam, les associations nationales des acteurs du secteur du cajou, par exemple CPG-CI, ANAPROCAJOU et FICAJOU et aussi les commerçants et les exportateurs UNABO, OAPACI et AEC-CI.

Source: Service communication CCA et ICA